Bienvenue sur le site du Comité Régional de Picardie de la Ligue des droits de l'Homme.

20140505

Grand marché transatlantique


Communiqué LDH
Paris, le 5 mai 2014

« Grand marché transatlantique » :
empêcher la régression des droits et le contournement de la démocratie.

La Commission européenne s'est engagée depuis plus d'un an, dans des négociations avec les Etats-Unis, sur un projet de traité (dit Tafta) portant sur le commerce et sur les flux financiers transatlantiques.

Le processus d'élaboration de ce Traité est inquiétant. D’abord, du point de vue démocratique : non seulement la Commission européenne a commencé à négocier en mars 2013 sans aucune légitimité, le mandat pour le faire ne lui ayant été conféré qu'en juillet 2013, mais les tenants et aboutissants de la négociation sont entourés d'une opacité incompatible avec tout contrôle démocratique sérieux sur ce qui se prépare au nom de plus de cinq cent dix millions de citoyens. Ainsi, aucun projet ni document précis n'ont été ni publiés ni même mis à la disposition du Parlement européen. En revanche, la Commission européenne va jusqu’à chiffrer à l'euro près le montant d'un prétendu bénéfice que chaque Européen retirerait de ce Traité, et les gouvernements banalisent le processus, comme s’il était sans grands enjeux. Cette façon de faire qui tend à la désinformation aboutit à exclure les citoyens, les parties prenantes de la société civile et à laisser champ libre aux représentants des lobbies et des grandes entreprises transnationales. Elle jette un doute sérieux sur les buts recherchés par les négociateurs.

Il y a plus préoccupant. Ce qui a fini par transpirer du projet permet de le caractériser comme un outil de soumission de la démocratie vis-à-vis des acteurs financiers et entrepreneuriaux. De fait, il s'agit non seulement d'abaisser des droits de douane, au demeurant déjà très faibles, mais surtout, au titre de la suppression des « obstacles non tarifaires » au commerce et à l'investissement, de soumettre toute législation protectrice des salariés, des producteurs, des consommateurs, de l'environnement, de la santé publique, etc., aux bons vouloirs d'un « Conseil de coopération réglementaire », qui n'est responsable devant aucun citoyen. Corrélativement, toute entreprise pourrait attaquer un Etat devant un mécanisme ad hoc de règlement des différends pour paralyser le fonctionnement d'un service public, d'une entreprise publique, ou l'application d'une politique publique qui gênerait ses intérêts commerciaux ou financiers.

Ce Traité vise clairement à court-circuiter les pouvoirs démocratiquement légitimes pour faire les lois et les juridictions indépendantes et impartiales chargées d'appliquer le droit. L’objectif est de subordonner l'intérêt général et la protection des droits fondamentaux aux intérêts commerciaux et financiers. Certes, la France a obtenu que les biens culturels soient pour le moment retirés du mandat de la Commission européenne. Mais cette exclusion n'est ni certaine ni définitive et les normes sociales, sanitaires et environnementales sont, elles, menacées d'un alignement sur la protection la plus faible des salariés, des consommateurs et de l'ensemble de la population.

La Ligue des droits de l'Homme considère qu'un tel projet, qui engage l'avenir de tous les citoyens européens, ne saurait être poursuivi sans un débat sérieusement informé, contradictoire et public. Elle appelle les citoyennes et les citoyens à se saisir de cet enjeu, à interpeller l'ensemble des candidats aux prochaines élections européennes sur ce que sera leur vote, le jour où ce texte sera soumis pour approbation ou rejet au prochain Parlement européen. Car la crise de confiance entre l'Union et ses citoyens ne peut que s'aggraver, tant que les gouvernants de l'Europe ne prendront pas au sérieux la garantie des droits fondamentaux et les conditions minimales de l'effectivité démocratique. Le 25 mai, le pouvoir de les y contraindre sera entre nos mains à toutes et tous.